Lucien Petit

Collaboration à la résidence Johan Creten, Bettina Samson

Né en 1957 à Sancerre, Lucien Petit vit et travaille à Boisbelle, village proche de La Borne. Il reçoit une solide formation technique de la céramique qu’il associe très tôt à une production personnelle où l’image de l’habitacle est une forme récurrente de ses productions.
Aguerri à différentes techniques céramiques, Lucien Petit applique les principes d’une démarche artistique à la production en terre cuite. Il est tout d’abord initié et inspiré par son ami et artiste Daniel Pontoreau avec qui il met en place de nombreux projets. Aussi, c’est au contact de plasticiens internationaux tels Abdel Abdessemed, Katinka Bock, Gérard Colin-Thiébaut, Fabrice Hybert, qu’il réalise de nombreuses pièces expérimentales remarquables. De 1994 à 2009, il a été complice et assistant de Jacqueline Lerat. 

Adepte des assemblages de matériaux et des techniques mixtes : cartons, bois, résines, alliages, bronzes, Lucien Petit débute sa production personnelle par une série de maisons, huttes, abris, parfois sommaires, réalisés en modèles réduits. Chaque objet est traité méticuleusement et fait apparaitre des murs dans lesquels se dessinent des ouvertures, des éléments de structure, souvent un toit dont la surface peut être habillée.
Evoquant la variété des formes d’habitats, mais aussi des modes de vie qu’ils génèrent, Lucien Petit développe un intérêt pour l’architecture, la construction et plus généralement le contenant, régi par des lois contraires entre plein et vide, forme et contre-forme, élévation et éboulement, gonflement et incurvation, organique et minéral…

Ces principes se poursuivent dans plusieurs séries récentes de céramiques modelées inscrites dans la lignée des sculpteurs qui ont marqué l’histoire moderne de La Borne en évoluant entre anthropomorphisme et abstraction. Mises en espace, elles sont installées au sol comme les protagonistes d’une pièce muette ou les éléments disparates d’un paysage en construction. Jamais figé, ce paysage est toujours susceptible d’être recomposé, reconfiguré et connecté à des objets étrangers.

Sophie Auger-Grappin